Home » Changement et accomplissement

3 Vérités à Savoir a Propos de Votre Futur de Salarié

21 août 2012 3 459 views 2 Comments

entrepreneur futur

Ceci est un article invité de Mohamed des blogs SimpleDad.fr et SemeUnActe.com

  • La gauche est revenue au pouvoir, check, ça c’est fait !
  • Les 100 premiers jours sont passés et la presse est globalement positive, check, ça c’est fait !
  • La retraite est (à peu près) revenue à 60 ans, check, ça c’est fait !
  • Le SMIC à été augmenté de 15 euros par mois, check, ça c’est fait !

Malgré toutes ces « bonnes » nouvelles, comment se fait-il que le salarié moyen continue d’en pâtir ? Comment se fait-il que les gens doivent toujours choisir entre se nourrir et mettre un plein ? Comment se fait-il qu’on en vienne à payer ses courses de la semaine à crédit ?!

Je pense que les problèmes du salariat ne sont pas ceux dont on nous parle dans les JT. Le problème n’est pas dans le gouvernement, ou dans les pays producteurs de pétrole ou je ne sais quoi encore. Le problème est dans la tête des salariés.

Je blogue depuis près de 3 ans maintenant et je suis entrepreneur depuis un peu plus d’un an. Ce qui m’a été le plus pénible, c’est le switch de mentalité que j’ai dû opérer. J’ai mis des mois à vouloir diriger mon nouveau business avec une mentalité de salarié, vous vous doutez bien que les résultats étaient loin de ceux escomptés. Alors justement, quelles sont les différences entre l’état d’esprit d’un salarié et celui d’un entrepreneur ?

1. Les salariés sont dans l’attente, les entrepreneurs dans l’action

Pour commencer, je tiens à dire que je ne mets aucune notion de supériorité entre les deux, il ne s’agit pas de dénigrer les salariés ou le fait d’être salarié. La plupart du temps, ce n’est même pas dans les mains des salariés en question, c’est juste inhérent au fait d’être salarié.

Les salariés sont donc dans l’attente de quoi ? Eh bien les attentes en question diffèrent, mais au final, la ou les solutions viennent toujours de l’extérieur. Une augmentation du SMIC, c’est le gouvernement ! Une augmentation tout court, c’est le patron ! Des heures défiscalisés, encore le gouvernement ! Des heures sup, encore le patron ! Bref, c’est toujours à quelqu’un d’autre d’intervenir.

Devenir entrepreneur, c’est prendre son destin dans ses mains. Ce n’est pas tout le temps une bonne chose, je ne le nie pas, mais le travail finit toujours par être récompensé à sa juste valeur. C’est quoi « sa juste valeur », c’est la valeur que vous vous donnez à vous-même et à votre travail.

La vérité est que personne n’aura jamais autant à cœur vos soucis et votre vie que vous. Confiez les décisions importantes de sa vie à quelqu’un d’autre, c’est demander des ennuis. Il suffit de voir ce qu’on fait les banques avec l’argent de leurs clients. Et qu’a fait le gouvernement ? Il leur a redonné encore plus d’argent pris chez les mêmes clients.

2. Les salariés mettent la sécurité au dessus, les entrepreneurs, ce qu’ils veulent

Pour un salarié, il n’y a rien de plus sécurisant qu’un chèque de paie. Non, en fait il y a un chèque de paie associé à un CDI, ça c’est le top du top, le fin du fin ! Le problème, et au fond vous le savez, il n’existe rien d’indéterminé dans les temps de crise que nous vivons. En fait si, à moins que vous ne travailliez pour l’entreprise du bonheur, vous avez sûrement pu constater que désormais toutes les entreprises se servent de l’excuse de la crise pour tirer tous les salaires vers le bas. Et puis pourquoi ne pas le faire ? Ça marche !

Les entrepreneurs n’ont pas ce problème. L’insécurité c’est leur quotidien (sans jeu de mots). Et vous savez ce qu’on apprend lorsqu’on vit sans un chèque mensuel ? On comprend que la peur finit toujours par se taire à un moment ou à un autre. Et c’est à ce moment-là qu’on commence à bosser dur et à voir les premiers résultats significatifs. Travailler plus pour gagner plus n’est pas qu’un slogan quand vous fixez votre propre rétribution.

La vérité c’est que tous les jours ne sont pas roses, loin de là ! Mais en tant qu’entrepreneur vous avez le luxe de choisir ce sur quoi vous voulez fixez votre attention et votre temps. Vous faites des erreurs… et personne n’est là pour vous sermonner… ou pour vous virer. Vous apprenez et vous faites en sorte de ne pas refaire 3 fois la même erreur. Au final, vous promouvez vos valeurs, vos désirs et pas ceux d’un autre.

3. Le salarié travaille pour les rêves d’un autre, l’entrepreneur pour les siens

Depuis que j’ai quitté mon travail bien payé dans le Golfe, j’ai lu une phrase qui m’a fait très mal. Très honnêtement elle n’est pas de moi, mais je ne saurais plus dire de qui. Elle m’a fait mal à entendre parce qu’elle est vraie, 300% vrai !

Si vous êtes salarié, sachez que quelqu’un est en train de s’enrichir et de se faire une belle vie mais ce n’est pas vous.

Vous appréciez peut-être ce quelqu’un car après tout, tous les patrons ne sont pas des enfoirés, mais peu importe à quel point elle ou il est sympa, elle/il ne vous aidera pas à atteindre vos rêves. Vous savez pourquoi ? Parce que vous ne lui servez à rien si vous partez !

C’est un peu dur et si votre boss est quelqu’un de sympa vous ne pensez peut-être pas comme ça, mais laissez-moi vous poser deux questions :

  • Quand avez-vous pensé à vos rêves pour la dernière fois ?
  • Est-ce que vous en avez (encore) ?

Les entrepreneurs prennent tous les risques, toutes les responsabilités, mais n’ont pas de problème de loyauté ou de conscience ou de ne je ne sais quoi. Chaque pas en avant les rapproche de leurs objectifs à eux. En fait mieux que ça, chaque pas en avant leur permet de raffiner ce qu’ils veulent vraiment de la vie.

La vérité c’est qu’en tant qu’entrepreneur, nous ne voulons pas tous monter des Apple comme un certain Steve JOBS. Nous voulons juste ne plus dépendre de l’accord d’un autre pour vivre ce qui nous est important. Et surtout nous voulons définir nous-mêmes ce qui nous est important. Si vous devez travailler les soirs et les weekends tout en vous sentant coupable de ne pas donner du temps à celles et ceux qui vous entourent et qui le méritent, vous savez parfaitement de quoi je veux parler.

Qu’en pensez-vous ? Je vous avoue que j’espère avoir été un peu dur avec le salariat (et pas les salariés). Donnez-nous votre avis en commentaire.

Mohamed Semeunacte

 

À propos de l’auteur : Mohamed Mouras blogue depuis 3 ans sur Semeunacte.com et Simpledad.fr. Il est webentrepreneur depuis plus d’un an et il lance en ce moment même sa quatrième formation « Comment Switcher de Mentalité en 14 jours : Organisez-vous, planifiez et osez passer du salarié à l’entrepreneur ». Pour plus d’informations, cliquez-ici.

 

 

Credit Photo

Si cet article vous a été utile, donnez nous un coup de pouce en le partageant le avec votre entourage en utilisant les liens ci dessous

2 Commentaires »

Donnez votre avis!

N'hésitez pas à donner votre avis ou à partager vos émotions ci-dessous. Vous pouvez aussi ajoutez un rétrolien sur votre site.