Home » Changement et accomplissement

N’attendez pas d’avoir réalisé vos rêves pour être heureux

14 mai 2011 7 919 views 6 Comments

Ce n’est pas la réalisation d’un objectif qui doit vous rendre heureux, c’est le chemin qui vous mène vers cet objectif. Ce principe, probablement l’un des traits les plus caractéristiques des gens heureux, est particulièrement vrai ces dernières semaines alors que je prépare doucement mon tour du monde de cette fin d’année.

route

- Cette photo provient du site www.tripalbum.net -

Petit retour en arrière pour ceux qui ne le savent pas encore, j’ai décidé de prendre une quarantaine de jours en fin d’année pour partir vivre plusieurs de mes rêves autour du monde. C’est court 40 jours, pour ceux qui ont du mal à saisir mon choix, vous pouvez relire « pourquoi je risque de faire un court tour du monde cette année », article dans lequel j’explique pourquoi il n’est pas obligatoire de partir pour 3 ans si l’on veut se targuer de faire le tour du monde. Depuis l’écriture de cet article il y a un mois, j’ai quasiment terminé de réaliser mon itinéraire et de réfléchir aux experiences que je souhaitais vivre pendant ces 40 jours de folie. La date de départ est fixée au 16 septembre prochain.

Or toute cette préparation me rend heureux, la visualisation des bons moments à venir, le casse tête que représente l’idée de caser toutes ces experiences sur une durée si courte. Imaginer trois minutes le survol de la barrière de corail, réfléchir à ce qui pourrait me permettre de vivre la nuit la plus dingue de ma vie à Las Vegas. De quoi voyager quelques instants chaque jour et illuminer nos trajets quotidiens encore trop moroses. J’ose à peine imaginer ce qui arriverait si je passais les 4 prochains mois à compter les jours en attendant mes 40 jours de bonheur. La réalisation d’un rêve passe toujours à une vitesse ahurissante, on a à peine le temps de songer au bonheur qui nous traverse tant les émotions sont intenses. Puis tout s’arrete, vite, trop vite, et le temps qui nous sépare de nos autres rêves parait long, trop long.

Même lorsque vos rêves sont des constantes (se marier par exemple), vous vous habituez rapidement à ce que vous possédez. Votre cerveau s’adapte à n’importe quelle nouveauté dans votre vie et l’euphorie qui vous traversait disparait (relisez « les fondements d’un bonheur durable » pour en savoir plus). Il n’exite à ma connaissance aucun rêve qui puisse vous procurer un bonheur prolongé une fois que vous l’avez réalisé.

En projettant votre bonheur dans le futur et en l’associant volontairement à la réalisation d’un rêve, vous vous coupez de moments extraordinaires et vous éloignez vos chances d’être vraiment heureux. C’est d’ailleurs la même logique qui doit vous accompagner dans votre vie professionnelle : si vous esperez que votre future promotion vous rendra heureux, si vous pensez que tout le mal que vous vous donnez maintenant est un investissement pour votre avenir, vous vous fourrez le doigt dans l’œil. Vous vous habituerez à ce nouveau statut et commencerez à courir de nouveau après une autre promotion au bout de quelques mois. Le seul job dans lequel vous vous épanouirez est celui dans lequel vous vous épanouissez déjà, celui dans lequel vous jouissez du présent. Vous avez 365 jours à être heureux chaque année, chaque jour que vous passez à esperer être heureux le lendemain est un jour perdu.

N’oubliez donc jamais ce principe : ce n’est pas la réalisation d’un objectif qui doit vous rendre heureux, c’est le chemin qui vous mène vers cet objectif.

Si cet article vous a été utile, donnez nous un coup de pouce en le partageant le avec votre entourage en utilisant les liens ci dessous

6 Commentaires »

  • Valentin said:

    C’est toujours bon de se rappeler de cela. Il est important de trouver le bonheur dans le présent et ne pas attendre l’éventuelle réalisation d’un rêve pour être heureux.
    Surtout que le chemin pour atteindre un rêve ou un objectif est très long par rapport au temps durant lequel on peut profiter de l’accomplissement de notre rêve. Par exemple, une personne qui travaille dur toute l’année pour se payer des vacances devra subir 12 mois de travail difficile pour seulement deux semaines de vacances en été. Elle a donc plutôt intérêt à aimer son travail.

  • Nomoto said:

    Bonne piqure de rappel, mais la mise en pratique est réellement difficile. D’ailleurs il ne faut pas non plus tomber dans l’opposé, le « carpe diem » des épicuriens qui vivent au jour le jour. Le bonheur au présent n’est alors qu’à moyen terme car on se rend vite compte que sans projet à poursuivre… le chemin est inutile ! ;)

  • guillaume de komment devenir riche said:

    Très bon article!!

    J’explique la même chose mais de manière différente dans cet article :

    http://www.komment-devenir-riche.com/motivation-ou-imagination/

  • fabrice said:

    Tu as raison de rappeler que c’est le chemin qui rend heureux. Et non le but. Car une fois celui-ci atteint, et bien on en veut un autre.
    C’est la nature humaine!

  • Axel said:

    Oui c’est bien vrai, c’est pour cela que nous devons orienté notre bonheur sur de la dynamique perpétuelle. D’ailleurs c’est souvent à cause de la recherche d’atteinte de résultats que les gens ne savourent pas les moments où ils arrivent à s’en rapprocher.

    Ils se disent qu’ils profiterons de leur vie lorsqu’ils feront telles ou telles chose qui viendra grâce à telle ou telle opportunité mais malheureusement de 1 les opportunité on les créé et il faut savoir les saisir, et de 2 ils ne seront jamais heureux car il auront dépensé tant d’énergie et de « souffrance » pour obtenir un simple « shoot de bonheur ».

  • Michel said:

    « nous devons orienter notre bonheur sur de la dynamique perpétuelle »…. Ca fait peur ton truc et ça me fatigue d’avance « la dynamique perpétuelle » ! Il est bien souvent doux de ne rien faire quand tout s’agite autour de vous ! Alors s’allonger à l’ombre et piquer un petit roupillon, voilà ça c’est de la dynamique perpétuelle ! Regardez les chats, y a pas plus bulleur comme bestiole, génial le chat ! Que ceux qui veulent courir et s’agiter ben qu’ils courent et s’agitent devant moi… Comme on dit par ici en Provence devant un mec qui commence à s’agiter : « oh la tranquille » !
    Je dirait même plus mon cher Watson, il ne faut pas confondre action et agitation.
    Bien à vous tous et bonne sieste !
    Michel

Donnez votre avis!

N'hésitez pas à donner votre avis ou à partager vos émotions ci-dessous. Vous pouvez aussi ajoutez un rétrolien sur votre site.