Home » Développement Personnel

Faut-il suivre son intuition pour réussir ?

6 avril 2011 17 908 views 8 Comments

Albert Einstein a eu l’audace d’affirmer un jour que la seule chose qui vaille au monde était l’intuition. Nous sommes tous dotés d’intuition, d’un sixième sens plus ou moins prononcé. Même le monde des affaires, qui se vante de faire appel à la rationalité en se reposant sur des hypothèses concrètes et des raisonnements logiques, finit par s’en remettre à l’intuition quand il s’agit de prendre des décisions (plusieurs recherches anglo saxonnes suggèrent à ce titre que près de 90% des managers se fient régulièrement à leur intuition).

Intuition

La question du degré de véracité des décisions prises uniquement sur la base de l’intuition se pose alors. Sommes-nous capables de prendre de meilleures décisions en 30 secondes en suivant notre instinct plutôt qu’en réfléchissant pendant des heures ? De nombreux exemples semblent prôner l’affirmative :

  • Richard Branson affirme prendre toutes ses décisions d’affaires en moins de 30 secondes sur la base de l’excitation que génèrent en lui les propositions qui lui sont faites ;
  • En 1960, lorsqu’il emprunta 2,7 millions de dollars pour développer sa franchise, le fondateur de Mc Donald n’écoutait que son instinct alors que son avocat lui soutenait de ne pas y aller ;
  • Howard Schultz se senti trembler la première fois que l’idée de Starbucks lui vint à l’esprit. Une sensation qu’il compare au fait de sauter d’un immeuble sans sécurité. C’est ce qui l’a poussé à se battre pour son idée ;
  • Johnny Depp explique encore qu’il savait qu’il devait impérativement rencontrer Vanessa Paradis la première fois qu’il l’aperçut  sans que rien ne vienne rationnaliser cette idée.

C’est quoi l’intuition ?

L’intuition n’est qu’un signal d’une demi-seconde, une alarme biologique dont les effets peuvent modifier radicalement votre vie.

L’intuition pourrait être décrite comme une combinaison de contradictions. Elle est complètement inconsciente mais peut être travaillée consciemment. Elle est innée mais n’est efficace qu’avec la pratique. Les encyclopédies la décrivent comme un mode de connaissance immédiat, une faculté de l’esprit ne faisant pas appel à la raison. Elle n’est jamais la conclusion d’un raisonnement conscient et n’amène pas forcément de justification. On peut considérer l’intuition comme une habileté à traiter l’information de manière inconsciente pour prendre des décisions.

Faut-il suivre son intuition ?

L’intuition n’a donc rien d’un instinct primaire, elle est à la croisée de la pensée et des émotions. Elle passe par la voie de nos réflexions inconscientes pour répondre de la manière la plus intelligente possible à un stimulus externe. De plus, puisqu’elle est immédiate, elle donne un regard sur le monde nettoyé de toutes nos barrières psychologiques. Suivre son instinct c’est accepter de sortir de sa zone de confort et contourner l’ensemble des préjugés que l’on peut avoir sur une situation. C’est sauter dans l’action sans laisser le temps à notre esprit d’imaginer une raison de ne pas le faire.

Les plus grands décisionnaires savent jongler en permanence entre leur sens analytique et leur instinct. C’est d’ailleurs ce dernier trait qui les distingue de leurs pairs ou des novices de leur secteur, et qui donne une incroyable justesse à leurs décisions. De la même manière, même si cela peut paraître contre-intuitif, il est vivement conseillé de suivre son intuition lorsque l’on prend de grandes décisions sur notre vie (déménager dans un autre pays, choisir un colocataire, rompre, etc.).

Votre inconscient vous connait parfaitement et saura mieux que vous-même ce qui peut vous rendre heureux.

Néanmoins, il ne faut pas oublier que l’intuition n’arrive pas par hasard, elle est souvent le fruit d’un effort d’apprentissage et d’expérimentation important. Impossible d’avoir à coup sur une bonne intuition pour investir en bourse si vous ne vous êtes jamais intéressé aux affaires et à la finance. Impossible de sentir venir le mouvement d’un adversaire si vous n’avez pas pratiqué des heures et des heures d’arts martiaux. Il n’est donc pas recommandé d’écouter sa petite voix intérieure dans toutes les situations.

Commencer simplement

Il est assez compliqué de se fier à une émotion que nous ne maîtrisons pas et que nous avons du mal à rationnaliser. L’idéal est de commencer par quelque chose de simple. Au restaurant par exemple. Je vois sans cesse des gens regarder le menu pendant des heures. Ils tergiversent, se demandent si le dessert sera assez gros pour eux, si il est cuisiné comme ils l’aiment. Envisagent leur état après avoir mangé puis listent toutes les choses qui les intéressent avant de finalement choisir le plat qui leur déplait le plus. Essayez donc de choisir le premier plat sur lequel votre esprit s’arrête, ne passez pas plus de 30 secondes sur la carte. Forcez-vous à le faire. Je sais, ça fait mal, on a envi d’y revenir et de vérifier qu’il n’y a pas autre chose de plus tentant. Mais ne le faites pas. Après tout, que risque-t-il de vous arriver si votre choix n’était pas le meilleur ?

Pour conclure simplement, si vous voulez développer votre intuition :

  1. Tentez de suivre votre intuition dans une multitude de petites situations de la vie, afin de vous rendre compte de la véracité des décisions que vous prenez sans raisonner consciemment
  2. Prenez de l’expérience dans les domaines sur lesquels vous voulez vous forger une intuition puissante et différentiante. Observez, vivez, expérimentez, construisez ce bagage inconscient qui changera concrètement votre vie

Si cet article vous a été utile, donnez nous un coup de pouce en le partageant le avec votre entourage en utilisant les liens ci dessous

8 Commentaires »

  • Docthib said:

    « Suivez votre intuition » est une idée qui est donnée par ceux… qui en ont et pour qui ça réussit. Si l’on suit les Types de personnalité de Jung, en fait, la moitié seulement de la population a intérêt à suivre ses intuitions, car elle a développé ce sens depuis son enfance. Ce sont les N. Les S, par opposé, ne se fient pas à leurs intuitions *et ils ont bien raison*, car ils ont développé le mode de collecte d’information opposé : les faits actuels, le prouvable. Le fondateur de McDonald était probablement un N, et son avocat, un S. (L’avocat s’est trompé, car il ne faut pas imposer aux autres son propre mode de fonctionnement).
    L’exemple qui m’a ouvert les yeux est le discours de Steve Jobs devant les diplomés de Stanford : cf. les commentaires du billet pour une discussion sur le sujet :
    http://tinyurl.com/4onykhj
    Une présentation brève des Types de personnalité :
    http://tinyurl.com/4ljca46

  • fabrice said:

    Intéressant ce commentaire!
    Je ne connaissais ces deux types de personnalité.
    Je pensais que tout le monde avait de l’intuition!

  • Calou said:

    Et si les overthinkers avaient la réflexion bien trop rapide, empêchant ainsi presque le cerveau de réaliser quelle fut l’intuition de départ! et une fois la machine lancée (à réflexions) c’est foutu !

    mon intuition est trop faible et freinée par ces pensées, je vais m’entrainer (mais pas au resto, le risque de gacher un repas alors qu’il n’y en a que 3 ds la journée est un sacrifice trop lourd à porter)

    « merci! » (mouhahaha niark niark)

  • Julien (author) said:

    Toutes vos réponses m’intéressent au plus au point, et ce pour une raison. Je ne pense pas que les deux modèles décrits soient génétiques, ou complètement inchangeables. Je pense d’ailleurs avoir été longtemps un modèle exemplaire de penseur contre-intuitif, et je deviens progressivement son opposé. C’est une question d’entrainement, d’habitude. Toute personne ayant appris à penser possède en lui les connexions qui feront son intuition. Je pense que la difficulté n’est pas physiologique, elle se situe dans la peur de faire confiance à l’intuition. :)

  • Jérémy said:

    J’adore l’exemple de la carte du restaurant.

    Ca me fait souvent la même chose quand je rentre dans un bar et que je mets trois plombes à commander. Un truc me fait envie, puis je me dis que je le prends souvent alors je veux tenter autre chose, du coup je demande au serveur ce qu’ils ont en bière, il me fait sa liste et je mets 10 minutes à réfléchir à ce que je vais prendre. Je fais appel à un raisonnement logique (nombre de prise, nouveauté ou non, prix, etc) au lieu de laisser mon instinct choisir ce qu’il ressent comme le plus agréable à ce moment là. C’est un truc sur lequel je dois travailler :)

  • Axel said:

    Ton article illustre très bien l’expression « la première intuition est souvent la bonne ». Il s’avère que personnellement ça a souvent été le cas pour moi et le fait que tu mentionne que son origine est inconsciente me m’encourage à l’écouter avec plus d’attention.

    Sinon pour ce qui est des 2 liens qu’à mentionné Docthib, il y a une traduction vidéo faite par Olivier Roland :
    http://www.des-livres-pour-changer-de-vie.fr/video-les-3-histoires-de-steve-jobs/.

  • Kevin said:

    Discussion intéressante.

    L’intuition a toujours fait parler de part son côté non rationnel.
    Je pense que c’est l’expérience qui nous pousse à faire avec. Qui n’a jamais ressentit cette sensation de lâcher prise lors d’une prise de décision sur l’intuition?

    Je pense sincèrement que l’intuition est de bons conseils.

    D’ailleurs lors de prise de décisions importantes pour moi, dans un premier temps je me relaxe complètement pour avoir les idées claires et faire abstraction de toutes les pensées qui me tournent dans la tête. L’intuition revient souvent à une évidence. Ou tout simplement nous met sur le chemin que l’on veut se tracer à plus profond de nous.

    Je me suis lâché façon philosophe je crois lol.

    Tout ça pour dire que j’essaye de m’en remettre à mon instinct de plus souvent possible.

  • pligg.com said:

    Faut-il suivre son intuition pour réussir ? | WorldEmotions…

    Albert Einstein a eu l’audace d’affirmer un jour que la seule chose qui vaille au monde était l’intuition. Nous sommes tous dotés d’intuition, d’un sixième sens plus ou moins prononcé. Mais peut-on se fier à ce sens que nous ne maîtrisons pas ?…

Donnez votre avis!

N'hésitez pas à donner votre avis ou à partager vos émotions ci-dessous. Vous pouvez aussi ajoutez un rétrolien sur votre site.