Home » Changement et accomplissement, Développement Personnel

Pourquoi j’ai choisi de me lever (très) tôt

1 décembre 2010 18 576 views 21 Comments

P1000632-01-01

J’ai longtemps été un lève tard du week-end. Il faut avouer qu’on se sent tellement bien chaudement enroulé dans ses draps à rêvasser en regardant de temps à autre l’horloge tout en sachant pertinemment que rien ne nous oblige réellement à nous lever. La question n’a souvent rien à voir avec votre fatigue ou un quelconque manque de sommeil. Mais c’est un tel effort de bondir hors du lit alors que nos yeux sont a peine ouvert et qu’il semble faire une froid polaire dehors que l’on préfère souvent prolonger notre sommeil de 5 minutes (qui se transforment inévitablement en deux heures). Quoi qu’il en soit, cette manie avait pris le pas sur ma semaine au cours de laquelle je prolongeais volontiers mon séjour au royaume du sommeil au risque de devoir m’enfiler un petit déjeuner en vitesse dans le métro.

J’ai finalement ouvert les yeux en revenant d’un récent voyage au japon, contraint par un décalage horaire de 8 heures. Même en y mettant toute la bonne volonté du monde, il m’était alors impossible de fermer l’oeil après 6h du matin. Persuadé que ma nuit avait été trop courte, je m’extirpais nonchalamment du lit pour aller prendre une longue douche chaude, du genre à embuer toute votre salle de bain. Puis je descendis prendre un copieux petit déjeuner équilibré, doucement, en voyant le jour se lever en douceur. C’est a cet instant que j’ai réalisé qu’il me restait 1h30 avant même d’envisager d’aller travailler. On peut faire tellement de choses en 1h30!

J’ai réitéré l’expérience au cours des trois jours suivant avec beaucoup de plaisir, en découvrant petit à petit la quantité affolante de moyens d’utiliser cette heure et demi supplémentaire dans ma journée. J’ai donc décidé de changer mes habitudes et de m’obliger à me lever plus tôt d’environ 2h00 en semaine et à 8h au plus tard le week-end. La transformation n’est pas simple : le corps doit s’habituer à un nouveau rythme. Le décalage horaire aura à ce titre été un veritable joker. Il est néanmoins nécessaire de se force et de prendre la fatigue initiale sur soi. J’ai par ailleurs appliqué ma méthode « 30 jours pour changer une mauvaise habitude » afin de conduire ce changement profond de comportement. Voici donc, pour vous motiver à vous lever plus tôt, les avantages que j’en retire aujourd’hui, et qui font que je continuerai coute que coute à me lever tôt.

Une impression de calme et de sérénité pour ceux qui se lèvent tôt

Ou que vous vous trouviez, le matin restera toujours de loin le moment le plus apaisant de la journée. En vous levant tôt, vous apprécierez probablement les rues désertes, l’absence de coups de téléphone ou la sérénité que dégagent les premiers chants d’oiseaux, que l’on ne discerne habituellement pas au milieu des nuisances sonores quotidiennes. Viennent s’ajouter à cela les couleurs chaleureuses du lever du soleil, du bleu marine au bleu clair en passant par le rouge, le pourpre et l’orangé, qui n’agresseront pas vos yeux encore entrouverts et sensibles. Cette énergie calme devrait vous habiter pour le reste de la journée et limiter votre stress quotidien, ainsi que tous les méfaits qu’il peut avoir sur votre organisme.

Une productivité accrue

Vous l’avez probablement déjà vécu sans pour autant l’avoir remarqué, mais le cerveau est infiniment plus productif le matin qu’il ne peut l’être âpres le déjeuner. La tendance française veut que l’on arrive au travail assez tard (aux alentours de 9h30 ou 10h00, dans certains métiers), mais vous réaliserez rapidement qu’en arrivant une heure plus tôt le matin, vous économisez facilement deux heures de votre après midi. En vous levant tôt, vos réactions sont plus rapides, vos remarques plus affutées, vos décisions plus claires et judicieuses, et vous n’avez souvent quasiment personne pour vous déconcentrer toutes les trois minutes. Si vous avez des projets personnels, vous serez d’autant plus efficace en prenant une heure pour y travailler le matin et vous pourrez garder vos soirées pour vous détendre avec votre entourage. Dans mon cas, j’ai noté un quasi doublement de mon travail personnel quotidien pour un temps presque équivalent en choisissant de me lever tôt.

Une sensation de maitrise de soi

Il existe tellement de bonnes raisons de rester au lit que vous ne pouvez pas ne pas vous rendre compte à quel point le fait de se lever tôt demande de la discipline. Lorsque vous obligez votre corps à se lever plus tôt, vous prenez inconsciemment le pas sur l’une de ses plus mauvaises habitudes. Cet exercice vous conduira a terme à gagner en contrôle sur vous même, et vous n’aurez progressivement moins de difficultés à vous concentrer, à respecter un régime ou à pratiquer une activité sportive régulière.

Un véritable petit déjeuner

lever tot

C’est probablement le bienfait qui m’a fait me lever les matins ou l’envie n’était vraiment pas la : l’attrait d’un vrai petit déjeuner. Les odeurs du pain frais et légèrement grillé, celui qui croustille sous la dent même âpres qu’on l’ai trempé dans un bol de chocolat fumant. Le gout sucré inimitable des vrais oranges pressées. Le calme environnant et la sensation apaisante du corps qui se rempli pour la première fois de la journée. On dit souvent que le petit déjeuner serait le repas le plus important de la journée. Ma seule conviction, c’est de n’avoir jamais ressenti autant d’énergie m’envahir en prenant un petit déjeuner sur le fil qu’en prenant le temps de m’assoir pour le savourer.

Il ne me reste qu’à souhaite bonne chance à tous ceux qui sont intéréssés par la question et qui projettent de tenter de se lever plus tôt! J’ai aujourd’hui l’intime conviction qu’il s’agit d’un élément moteur de la réussite que je construit.

3DCoverRéveilUltraMatinalSM A ce sujet, je vous conseille fortement l’e-book de Jean Philippe Touzeau dans lequel vous trouverez tout ce dont vous pouvez avoir besoin pour vous lever tôt, et surtout en pleine forme (et qui a l’avantage d’être garanti satisfait ou remboursé pour une durée de 60 jours). Allez jeter un oeil sur sa page, vous ne serez pas déçus.

Ju

Si cet article vous a été utile, donnez nous un coup de pouce en le partageant le avec votre entourage en utilisant les liens ci dessous

21 Commentaires »

  • Tweets that mention Pourquoi j'ai choisi de me lever (très) tôt | WorldEmotions -- Topsy.com said:

    [...] This post was mentioned on Twitter by Web Graphiste, graphiste freelance . graphiste freelance said: Pourquoi j’ai choisi de me lever (très) tôt: J’ai longtemps été un lève tard du week-end. Il faut avou… http://tinyurl.com/24m9a22 [...]

  • Vincent said:

    Est-ce que tu te couches aussi 2h plus tot ?
    Si non, tu n’es pas plus fatigué en journée ? fais tu une sieste en plus ?

    Merci pour cet article interessant, j’ai déjà expérimenté quelques fois cette méthode et c’est un vrai régal. Par contre je n’arrive pas encore à en faire une habitude. Peut etre devrais je me lancer un défi 30 jours :).

  • admin (author) said:

    En réalité je me couche environ 1h plus tot, et je me sens moins fatigué en journée. Je pense qu’il s’agit d’une question de cycles de sommeil, mais aussi au fait de me lever du premier coup et de ne pas flemmarder 1h!

  • Nomoto said:

    Difficile de concilier lever tôt, certes appréciable, et couchage tard (pour profiter d’un cercle d’amis qui est plutôt du soir).
    Se lever à 8h30 en semaine, et prendre quand même un bon petit dèj, c’est possible aussi, et on a moins de monde dans le métro ;)
    Je pense qu’il faut rendre nos horaires compatibles avec ceux des autres (le travail et les amis) qui sont parfois moins flexibles que nous mêmes !

  • fabrice said:

    Donc, si tu te léves à 6h, tu te couches à quelle heure?

  • admin (author) said:

    Hello!

    Je me couche donc aux environs de minuit en semaine et un peu plus tard le week end (entre 1h et 2h du matin) pour me lever vers 8h. Cela fait maintenant 4 semaines et mon corps s’est parfaitement habitué!

  • admin (author) said:

    Je comprend tout à fait ton point, j’ai longtemps tenu le même discours. J’ai juste réalisé le contraire en tentant l’experience par moi même. Ensuite, de toute évidence, je ne dis pas à tout le monde de le faire, nous avons tous nos rythmes et nos contextes de vies qui nous poussent à vivre à notre manière. Je trouve juste que l’expérience vaut le coup!

  • Fabrice said:

    Donc en semaine, cela te fait juste 6 heures de sommeil, c’est peu. Du moins perso, c’est plutot 7-8h. Peut-être as-tu besoin de moins d’heures de sommeil…

  • Thibault Vincent said:

    Je plussoie !

    Le matin est une période extraordinaire… et très peu connue.

    Je la découvre depuis que je suis dormeur polyphasique. Avant, comme beaucoup, elle m’était totalement inconnue. Et c’est devenu un véritable plaisir.

    Un truc que j’adore faire. C’est aller à la découverte du « monde qui se lève ». Flâner dans les rues alors que les premiers employés vont au travail les yeux encore collés, que les premiers trams commencent à circuler, que les camions passent nettoyer les rues jonchés de la merde de la veille et de celle laissée par les fêtards de la nuit, que les commerçants installent leurs étales sur les marchés, que les boulangers finissent leur pain avec les odeurs qui s’en échappent, etc… juste avant que la ville s’apprêtent à accueillir son flot de trafic et de bouillonnement quotidien.

    Je rejoins tout ce que tu as dis dans cet article. Se lever à un horaire précis – surtout quand dès que l’on ose sortir une cuisse de la couette, comme en ce moment – demande beaucoup de rigueur, de discipline personnelle. C’est une lutte contre le confort, et sa zone de confort.

    Mais, et tu le soulignes parfaitement, c’est aussi un plaisir. La rigueur devient plaisir. Le fait de savoir que l’on peut « se contrôler » est prodigieux et amène de nouvelles perspectives.

    Je plussoie également sur le petit déjeuner complet et savoureux avec toute la sérénité du matin. Je sais que c’est également, pour moi, le moment que je visualise pour me lever quand je n’ai pas d’activité matinale immédiate à faire.

    Tu le soulignes, l’ENORME sérénité qui se dégage de la nuit et du matin quand il est encore tôt est incroyable. C’est apaisant. On est simplement bien. Loin du stress quotidien.

    Mais je vois aussi à quel point je pense que cette fabuleuse période restera encore longtemps inconnue de la plupart. Les réactions le montrent. Il est vrai qu’il est souvent difficile de changer des habitudes ancrées depuis longtemps. Mais surtout la croyance que cette habitude est forcement la bonne et que l’on ne peut faire autrement !

    Thibault

  • admin (author) said:

    @ Fabrice, et bien assez etonnamment j’etais comme toi, j’avais toujours besoin de 7 ou 8H au minimum, et cela a changé lorsque j’ai commencé à me lever tôt. Pour l’instant, je ne peux qu’avouer que je ne l’explique pas scientifiquement. J’y parviendrais peut-être. Discutons en lundi!

  • Fabrice said:

    ok à lundi!

  • Joanna said:

    Oui oui oui… j’avais pris un super rythme avec un levé à 6h30 le matin et quelques soirées ont complètement foutu en l’air mon réveil matinal. Depuis 3 semaines j’essaye de reprendre ma routine mais je semble aller contre le courant. J’aime faire ma médit au point du jour mais je n’arrive pas à concilier mes sorties avec mes activités matinales.

    Et je crois que depuis que mon inconscient a lu cet article il refuse de m’aider! http://plus.lefigaro.fr/lien/les-gens-intelligents-se-couchent-tard-20101125-335487

  • Jean-Philippe said:

    Félicitations Julien pour ce changement ! J’en suis très heureux pour toi et pour ton bien-être.

    L’homme a des capacités étonnantes mais elles ne sont pas identiques pour tout le monde. Peut-être que sans le savoir tu es un de ceux qui puisse dormir un peu moins la nuit. ;)

    La dernière partie de mon ebook que tu as eu la gentillesse de recommander – merci beaucoup ! – est consacrée à une expérience tentée avec ma compagne : le réveil à 3h30 du matin. Le résultat fut assez incroyable et je comprends maintenant beaucoup mieux les polyphasiques comme Thibault.

    Donc, bonne continuation et continue à profiter de ces matins calmes. ;)

  • 25 moyens pour sortir de votre zone de confort | WorldEmotions said:

    [...] plus tôt et sans traîner au lit (voir l’article « pourquoi j’ai choisi de me lever tôt [...]

  • Thomas said:

    Merci pour ce retour d’expérience positif que je ne peux que recommander. Pratiquant également cette bonne habitude depuis plus de 6 mois, je suis au contraire moins fatigué qu’avant et quel que soit le plan de ma journée, je sais que ce moment m’est exclusivement réservé.

  • 25 moyens pour sortir de votre zone de confort | The Life List said:

    [...] plus tôt et sans traîner au lit (voir l’article « pourquoi j’ai choisi de me lever tôt [...]

  • The Life List – 25 moyens pour sortir de votre zone de confort - The Life List said:

    [...] plus tôt et sans traîner au lit (voir l’article « pourquoi j’ai choisi de me lever tôt [...]

  • Caro said:

    Marrant… Moi c’est exactement l’inverse.

    Je ne dors pas la nuit. Impossible d’aller me coucher avant 3 ou 4heures du matin en weekend, ni avant 2 ou 3h en semaine. Sachant que je travaille à temps plein (9h30-19h30), je dois me lever vers 8h20, ce qui me fait donc entre 5 et 6heures de sommeil par nuit. Je reconnais tous les avantages que tu as cités (calme et liberté absolus puisque tout le monde dort… aucun coup de tél, aucuns dérangements, plénitude complète car c’est finalement un temps hors temps. Rien n’est prévu, et on n’attend rien de nous puisque nous sommes supposément en train de dormir. On peut donc faire absolument tout ce que l’on désire, y compris… Rien du tout ! Flâner tranquillement sans culpabilité (personnellement, ça m’arrive assez rarement en journée – forte pression sociale, familiale et personnelle à réussir, à aller de l’avant, etc.), se reposer devant des photos ou un livre, se balader. Pour ma part, dessiner ou vaquer à toute passion ou projet personnels à long terme. Evidemment le matin je me sens fatiguée, mais cela s’évapore exponentiellement (assez rapidement d’ailleurs), pour atteindre un point culminant de forme vers 18heures. Donc à l’inverse de ton récit, moi je me couche toujours tard pour courir après ce morceau de temps gagné, que l’on a rien qu’à soi, et que tu pêches au réveil. J’entends les oiseaux qui chantent, et je vois le lever du jour… Mais c’est plutôt lorsque je me couche, dans la plus sereine des atmosphères. Peut être a-t-on besoin de moins de sommeil que les autres, ou tout simplement que l’on a la chance d’avoir un sommeil de très bonne qualité. Mon compagnon quant à lui a besoin de plus de 10 heures de sommeil pour se sentir bien (ce qui fait qu’il est toujours crevé en semaine, et dort longtemps le weekend ^^’) chacun son truc.

  • Yann said:

    Et puis surtout au Japon, même si on se lève tôt et que finalement on n’a que 6 heures de sommeil, c’est tellement calme que c’est un très bon sommeil. En France c’était les tournois de basket à 3h du mat chez le voisins du dessus, les cents pas en talons sur du parquet avec le gamins qui jouent au billes, la musique du voisin, la télévision du papy qui est sourd, l’alarme du voisin parti en vacances deux semaines etc.
    Bien sur je ne fais pas de mon cas une généralité. Mais je pense que je ne suis pas le seul à avoir vécu les situations pré-citées.

  • matthieu said:

    Avec les gosses, T’as pas vraiment le choix de te lever aux aurores 7j sur 7…

  • Corinne said:

    Je rejoindrais plutôt Caro..
    je reste longtemps éveillée la nuit. Je me couche vers 2 ou 3 h…mais il me faut de toutes façons 8h de sommeil.
    Je pense que c’était l’heure à laquelle j’avais terminé ma journée, double étant mère de famille, où le travail était fini, les enfants couchés et le mari (à l’époque) endormi. ENFIN libre !
    Alors que le matin, dès le réveil, avant même de mettre le pied par terre, je fais la checklist de ce que j’ai à faire et je planifie.
    Chacun son truc.
    J’avais choisi de faire du « lever tôt » mon challenge des 30 jours, mais c’était pour satisfaire mon ami…je n’y arriverai que quand je l’aurai moi-même décidé.
    Merci quand même pour les articles, ça fait au moins réfléchir et qui sait, demain…;-)

Donnez votre avis!

N'hésitez pas à donner votre avis ou à partager vos émotions ci-dessous. Vous pouvez aussi ajoutez un rétrolien sur votre site.