Home » Changement et accomplissement

Comment générer des idées de business à succès ? (2/2)

21 septembre 2010 6 225 views 7 Comments

idée1

Dans la première partie de « Comment générer des idées de business à succès ?« , nous avons vu pourquoi se concentrer sur des sujets qui vous passionnent en ciblant des niches de marché et expliqué que les besoins secondaires étaient d’une importance capitale pour créer des idées à succès. Nous allons maintenant détailler la manière dont des experts du marketing perçoivent les grands besoins secondaires de notre monde actuel et comment peaufiner vos idées et les rendre irrésistibles.

Voici donc les 12 grandes tendances du monde actuel et la manière dont elles influencent nos besoins inconscients :

  1. Chercher l’authenticité : le consommateur du XXIème siècle a une forte tendance à s’écarter de tout ce qui ressemble à du sur-marketing. Il choisira plus volontiers des produits « vrais », issus d’une véritable expérience de fabrication, au caractère authentique, et qui lui inspirent un vent de spiritualité ou d’harmonie avec le « vrai » monde.
  2. Economiser et limiter les dépenses inutiles : l’économie en dent de scie et l’insécurité de l’emploi latente font progressivement entrer des concepts tels que « les prix les plus bas » et le meilleur « rapport qualité prix » dans notre quotidien. Depuis quelques années, cette tendance ne se limite plus aux personnes aux revenus limités.
  3. Vivre depuis son salon : Cela ressemble encore à un cliché véhiculé par les films de science fiction de la fin du XXème siècle, mais des facteurs tels que l’insécurité, l’augmentation du cout de la vie et la croissance soutenue du développement technologique en font une véritable tendance actuelle. Beaucoup de succès sont aujourd’hui des transpositions à l’intérieur de la maison de ce qui se vivait auparavant à l’extérieur.
  4. Vivre au virtuel : Les journées de travail à rallonge et l’aliénation progressive au sein des grandes mégapoles pousse un nombre croissant d’êtres humains à transposer leurs interactions sociales vers leur écran d’ordinateur. Le développement des réseaux sociaux ou des sites de rencontre ne sont qu’une infime partie des preuves de cette tendance à prendre avec quelques pincettes : le face à face possède encore de beaux jours devant lui.
  5. Donner le contrôle au consommateur : Internet a progressivement offert un contrôle accru au consommateur. Moteurs de recherches, forums, guides descriptifs détaillés, comparatifs. Tous ces outils donnent au consommateur le pouvoir de choisir exactement ce qu’il veut et de se forger sa propre opinion sur n’importe quel produit.
  6. Intervertir les rôles et brouiller la notion de gendre : Working girl, metrosexuel, tous ces nouveaux stéréotypes brouillent la notion de gendre qui prédominait au millénaire précédent (ndlr. il y a dix ans). Cette tendance crée de nouveaux besoins et transforme ceux qui existaient auparavant. Elle brouille aussi la notion de décisionnaire sur des achats importants comme sur des dépenses du quotidien.
  7. S’amuser (enfin) : Le consommateur moderne veut se déstresser, oublier les difficultés et les tracas de son quotidien, s’évader quelques instants et profiter de sa vie. Dans les années à venir, on peut imaginer que l’éthique même du travail pourrait subir un revirement majeur visant à recentrer l’individu et son bonheur au cœur des débats.
  8. S’éveiller aux tendances vertes : Bien que l’importance du respect de l’environnement ait été rapidement reconnu comme une nécessité pour l’humanité, son application prend un temps démesuré. Pourtant, nos petits gestes du quotidien évoluent inconsciemment. Nous trions nos déchets, nous ne changeons plus de sac de course à chaque visite au supermarché. L’écologie, sans être un vrai besoin, est un facteur de décision important.
  9. Sembler être au dessus de ses moyens : Les facilités de crédit, la décroissance du prix des articles de luxe, la copie à bas prix, tant d’éléments qui démontrent l’appel des classes moyennes à vivre de la même manière que les quelques privilégiés perchés dans les hautes sphères. Plus question aujourd’hui de se limiter, ou de faire du cheap qui à l’air d’être cheap.
  10. Vivre pour l’expérience : Que peut-on faire lorsqu’on possède tout ce que l’on veut posséder ? la tendance actuelle est à l’expérience, l’envie d’avoir se transforme en envie de faire, et un nombre croissant de consommateurs préféreront descendre des montagnes russes plutôt que dépenser pour une n-ième nouveau téléphone portable.
  11. Rester jeune : Nous ne nous contentons plus de vivre plus longtemps, nous voulons maintenant vivre jeunes plus longtemps. Que ce soit une question de paraître ou d’attitude, la recherche de la jeunesse éternelle est une constante de notre société moderne, qui influence profondément de nombreux produits de notre quotidien
  12. Tout avoir à portée de main en instantanée : Des délais toujours plus rapide, des produits qui viennent jusqu’à chez vous. Le regard que notre société porte à la distribution a considérablement changé pour amener les produits de vos rêves chez vous en quelques heures si vous le désirez.

C’est ainsi qu’en combinant certains de ces besoins secondaires latents avec une de leurs idées, de nombreux créateurs ont connu un succès débordant au cours des 15 dernières années. Retournons 10 ans en arrière, et considérons l’idée d’ouvrir une chaine de franchisés spécialisée dans les produits pour le corps. Pas inintéressant sur le principe, mais peu attractif dans les faits si l’on considère la concurrence monstrueuse de poids lourds tels que Sephora et Marionnaud. Que dire de l’idée de miser sur une marque de produits de beauté nouvelle quand on connait l’importance des marques dans cet univers particulier (L’Oréal pour n’en citer qu’un). Pourtant, en misant à fond sur « l’authenticité » (produits naturels, marketing ciblé, boutiques à l’architecture lumineuse alliant du blanc, du vert et des boiseries, etc.) et la « tendance verte » (de la protection des animaux jusqu’au commerce équitable), des marques telles que Body Shop ont su trouver leur public et imposer leur univers. L’univers de la mode possède lui aussi son lot de réussites, comme Zara et son catalogue produits calqués sur ceux des grands défilés (sembler vivre au dessus de ses moyens), renouvelé à un train d’enfer. Que dire enfin des coffrets sensations, dont le principe n’a rien de révolutionnaire mais se focalise en priorité sur un type d’expérience particulier.

Ce que vous devez éviter lorsque vous pensez votre idée

Il n’est arrivé de rencontrer un petit nombre d’entrepreneur ayant eu l’idée de génie par excellence, celle dont tout le monde rêve, cette idée qui pourrait permettre de se construire un une piscine à débordement remplie de Dom Pérignon sur les hauteurs de St Tropez (chacun son idée de la richesse après tout…). Pourtant, quelques années plus tard, on retrouve ces mêmes entrepreneurs au volant de leur Kangoo ramant pour aller visiter un client à l’autre bout de Paris et tenter de raccrocher les deux bouts. La question qui nous fait alors trépigner de curiosité est évidemment : « que s’est il passé entre le point A, idée de génie, et le point B, Renault Kangoo ? » La réponse générale à cette question est souvent la même : l’opérationnalisation de l’idée.

Une idée peut être absolument révolutionnaire et géniale tout en étant extrêmement complexe à mettre en place. Il est donc important de garder en tête quelques pièges à éviter lorsque vous décidez de lancer votre propre (micro) entreprise :

  • Si vous ne voulez passer votre vie à penser à votre entreprise, ne plus fermer l’œil de la nuit et refuser de partir en vacances sans votre blackberry pour pouvoir vérifier vos mails 19 fois par jours, limitez drastiquement les investissements nécessaires à son lancement. De manière simplifiée, l’argent que vous allez mettre en jeu peut provenir de deux sources votre compte en banque ou celui d’un investisseur quelconque. Dans le premier cas, vous comprendrez aisément le lien qu’il peut exister entre la somme mise en jeu et le stress qui sera généré post-lancement. Dans le second cas, vous serez accompagné en permanence d’une pression délirante et d’une obligation de résultat. Au passage, je conseille fortement d’éviter la seconde solution qui vous retirera tout contrôle réel sur votre activité et sur vos choix stratégiques.
  • Si vous voulez vous établir dans la durée et assurer une pérennité à vos revenus, ne négligez surtout pas la qualité de vos produits / services. Deux arguments pour défendre ce point de vue. Premièrement, d’un point de vue commercial, une mauvaise qualité risquerait de tuer votre entreprise naissante dans l’œuf. Une mauvaise qualité c’est en effet le risque d’un très mauvais bouche à oreille et l’assurance que vos premiers clients ne reviendront pas. Deuxièmement, une mauvaise qualité c’est un service après vente couteux et consommateur de temps : coups de téléphone nombreux, clients énervés, produits à remplacer, retours de livraisons.
  • Simplifiez-vous la vie. Cela peut semble paraître évident, mais je ne compte plus le nombre de personnes que j’ai vu s’embarquer dans des modèles économiques complexes et consommateurs de temps pour réussir à dégager quelques euros. N’oubliez jamais que vous êtes maître de ce que vous construisez, ne vous imposez pas volontairement de contraintes à vous en arracher les cheveux. L’une de mes connaissances s’orientant vers la création d’une activité de vente de produits électroniques sur internet avait volontairement choisi d’offrir des délais de livraison de 48h sur l’ensemble de ses produits. Dieu seul sait si cet argument avait un impact quelconque sur ses ventes. Ce qui est en revanche certain, c’est que cette contrainte l’obligeait à poster des colis tous les jours de la semaine et le mettait dans un état de stress insensé chaque fois qu’il ne rentrait pas chez lui un soir.
  • Ne cédez pas trop vite à la tentation d’élargir votre activité à tout activité connexe imaginable. L’idée de vos revenus se démultipliant peut aisément vous monter à la tête, mais n’oubliez jamais qu’en étant moins focalisé sur votre activité initiale, celle-ci perdra de son ardeur et de son caractère.  S’éparpiller c’est aussi multiplier les ennuis, les difficultés. Chacun se fera son avis sur la question, mais il me semble plus sage de créer une deuxième activité entièrement séparée de la première plutôt que de chercher à greffer divers morceaux à votre activité au risque de noyer son identité.

Vous voila mieux armés pour pondre l’idée qui sortira du lot et qui, peut être, fera de vous un homme riche et épanoui, et le moment pour moi de reprendre ma casquette développement personnel pour quelques semaines!

J

Si cet article vous a été utile, donnez nous un coup de pouce en le partageant le avec votre entourage en utilisant les liens ci dessous

7 Commentaires »

  • Comment générer des idées de business à succès ? | WorldEmotions said:

    [...] Rendez-vous dés maintenant sur la deuxième partie de l’article : ne loupez pas la 2ème partie de « Comment générer des idées de business à succès ? » [...]

  • Justin said:

    Un point qui me semble très important, c’est la patience. Pas seulement patienter avec de s’élargir mais bien patienter lorsque l’on lance son projet. Cela semble évident mais je pense qu’un démarrage très lent peut faire fortement baisser la motivation. Il faut donc s’accrocher le temps de trouver des clients, des collaborateurs, etc.

    En tout cas, ton article tombe vraiment à pic puisque je compte lancer mon activité d’ici peu. Merci :)

  • DavidB_riche-et-heureux.fr said:

    On voit que ça sent le vécu tout ça, non ?
    Ou si ce n’est pas le vécu, c’est le profondément réfléchi… ;-)
    Manque plus qu’à trouver l’idée qui tue.

  • admin (author) said:

    @ Justin : Je t’avoue que le sujet de la patience est un vrai sujet de fond. Difficile de savoir ou placer le curseur entre se lancer dés qu’on a n’importe quelle idée ou attendre l’idée miracle qui ne parvient jamais. Une fois qu’on est lancé, la patience est de mise en effet, mais elle cause (ca a été mon cas) des périodes de démotivation profondes! Bonne chance pour ton business!

    @ DavidB : Le vécu… je te l’accorde. D’une part sur l’aspect micro-entreprise sur internet, expérience que j’ai déjà tentée une fois, mais surtout de manière plus générale, le marketing stratégique étant.. mon métier :)

  • Jérôme said:

    Je voudrai revenir sur le point 3 et 4. Je pense qu’aujourd’hui il y a une réelle tendance au retour du vrai et de la nature. La sur virtualisation de notre société développe un sentiment de rébellion et de plus en plus de personnes souhaitent revenir dehors et regouter à la vrai vie. Alors pourquoi ne pas exploiter cela ? En plus cela contribuerai à améliorer le bien être car l’air extérieur est bien mieux pour la santé et pour le moral que celui de notre intérieur (encore plus pollué que notre extérieur…).

  • Nico said:

    Merci Julien pour ce double-article très complet ainsi que le travail en amont pour l’écrire.

    NB : Une question en accord avec le commentaire de David me taraude l’esprit : Cett article n’est-il pas le début d’un futur projet pro. ?

  • Greg said:

    Merci pour les conseils, mais je me rends compte aussi que vivre de sa plume sur internet en France est rendu très difficile aujourd’hui de par la concurrence et le manque de publicitaires…

Donnez votre avis!

N'hésitez pas à donner votre avis ou à partager vos émotions ci-dessous. Vous pouvez aussi ajoutez un rétrolien sur votre site.