Home » Changement et accomplissement

Comment générer des idées de business à succès ? (1/2)

17 septembre 2010 10 134 views 9 Comments

Idée4

Afin de répondre aux multiples courriers qui m’ont été envoyés concernant deux de mes articles précédents consacrés aux micro-entreprises (Pourquoi lancer une Très Petite Entreprise vous rapprochera d’une vie extraordinaire ? et 6 conseils essentiels pour lancer votre (micro) entreprise), j’ai accepté de reprendre ma casquette de consultant en stratégie afin d’écrire un long article sur les méthodes qui permettent de générer des idées à succès. Pour lui donner un peu de contenance, j’ai agrémenté cet article de conseils glanés auprès d’experts du marketing travaillant dans de grands groupes internationaux. Pour éviter toute confusion, quelques précisions s’imposent :

  • Cet article n’est pas la recette miracle qui vous assurera d’être millionnaire demain, cette recette n’existe pas à ma connaissance, et si quelqu’un vous la promet contre quelques euros, méfiez vous en
  • En revanche, vous y trouverez des conseils qui vous permettront à coup sur de trier vos idées, de les améliorer et de vous lancer dans un business avec des chances de réussite supplémentaires

Ceci étant dit, lançons nous dans vif du sujet : comment générer des idées de business à succès ? Avoir des idées de business, c’est à la portée de n’importe qui. Vous en avez d’ailleurs probablement plusieurs dizaines chaque année sans même vous en rendre forcément compte. Mais il suffit de rencontrer un jour dans votre vie l’un de ces nombreux savants fous, qui pondent chaque mois des dizaines d’idée démentes  pour se rendre compte de la taille du fossé qui se dresse entre une idée et une idée de business à succès. Vous-même avez probablement déjà ressenti votre esprit s’enflammer pour s’éteindre au bout de quelques instants comme un feu de paille. Trouver une idée est une chose, trouver une idée susceptible d’intéresser quelqu’un et à laquelle personne n’a pensé en est une autre.

L’idée à laquelle personne n’a jamais pensé

Nous sommes déjà plus de 6 milliards d’êtres humains sur cette petite planète, chacun d’entre eux pouvant potentiellement générer une ou deux idées chaque mois, il n’est pas déraisonnable de penser que près de 100 milliards d’idées sont lancées en l’air chaque année sur la planète bleue. Se différencier au sein de cette multitude d’illuminations passagères s’avère donc être une tâche herculéenne. Il n’existe aucune clé miraculeuse pour trouver les idées qui n’ont jamais caressé les neurones d’aucun autre être humain, mais trois règles permettent de mettre toutes les chances se son coté :

  1. Concentrez-vous sur les domaines qui vous passionnent. Ce sont ceux sur lesquels vous aurez la vision la plus profonde et complète. Qui mieux qu’un joueur de tennis régulier pouvait inventer les stabilisateurs accrochés pendant plusieurs décennies aux cordes de la quasi-totalité des raquettes ? Qui mieux qu’un passionné de cuisine travaillant dans une usine de silicone pouvait inventer le produit qui remplacerait une grande partie des vieux gants de cuisine en tissu ? Se concentrer sur ce que l’on aime, sur ce que l’on connait, c’est se donner un avantage sur 70% (si vous aimez le football) à 99,9% (si vous êtes passionné de voiliers à 4 mats) du reste du monde. Avant de vous lancer dans vos recherches, assurez vous de vous cantonner à vos 4 ou 5 domaines de prédilection.
  2. Concentrez-vous sur des niches de marché. Mieux vaut être confronté à 10 personnes qu’à 10000. Pour valoriser au maximum votre avantage, soyez surs de vous concentrer sur des niches de marchés liées à votre passion ou à des passions qui ne sont pas les passions de Mr. Tout le monde. Si vous choisissez de chercher à révolutionner la façon dont on regarde la télévision, vous allez vous confronter à la moitié de la France et aux nombreux grands groupes dont les laboratoires de recherche et développement consacrent des millions d’euros chaque année sur le même thème. En revanche, si vous cherchez à révolutionner le petit monde des personnes ayant des téléviseurs dans leur salle de bain, vous réduisez considérablement le spectre des personnes susceptibles d’avoir une idée.
  3. Dépêchez-vous. N’attendez jamais trop longtemps pour mettre en œuvre vos idées, ou tout du moins pour protéger celles qui vous semblent réellement intéressantes. Si vous avez pensé à quelque chose, il y a de grandes chances que quelqu’un soit en train d’y penser aussi à un autre endroit de la planète. Ne le laissez pas vous devancer.

L’idée pour laquelle tout le monde se battra

idée2Que vous ayez choisi de cibler 1 millions d’utilisateurs ou 200 personnes, votre idée doit apparaitre comme un must-have pour votre cible. N’oubliez jamais que vous montez une micro-entreprise pour vendre et dégager un peu d’argent (au delà de l’épanouissement personnel et de la fierté que cela peut vous apporter). Nous reviendrons plus tard sur la manière de tester une idée (études de marché réduites, etc.), l’objectif ici est de se focaliser sur la manière de générer une idée qui ait des chances d’être en adéquation avec les attentes de vos futurs clients.

Il vous faut donc répondre à un besoin (exprimé ou latent) en rapport avec l’un des domaines qui vous passionnent. C’est l’idée qui se dégage très clairement d’inventions à succès qui peuplent aujourd’hui notre quotidien, c’est aussi l’une des spécialités de grand innovateurs comme le sont Apple, Pfizer ou Volkswagen. Réfléchissez profondément aux questions suivantes : quelle sont les difficultés que j’éprouve lorsque je pratique ma passion ? Quels sont les problèmes que je rencontre régulièrement ? Qu’est ce qui me faciliterait la vie ? L’intérêt d’avoir choisi un thème qui vous passionne prend ici toute son importance, il serait évidemment bien plus compliqué d’aller chercher à améliorer la pratique du golf si vous n’avez jamais touché un club de votre vie.

Malheureusement, ces questions, tout inventeur ou créateur se les pose. Le secret des créateurs à succès réside dans leur capacité à aller un cran plus loin et à répondre en simultané à certains besoins, dits secondaires, afin d’afficher une valeur plus importante à leur offre. Dans la deuxième partie de cet article, nous verrons donc comment plusieurs experts du marketing perçoivent les grands besoins secondaires de notre monde actuel et de quelle manière les utiliser pour peaufiner vos idées et les rendre irrésistibles.

Rendez-vous dés maintenant sur la deuxième partie de l’article : ne loupez pas la 2ème partie de « Comment générer des idées de business à succès ? »

Si cet article vous a été utile, donnez nous un coup de pouce en le partageant le avec votre entourage en utilisant les liens ci dessous

9 Commentaires »

  • fabrice said:

    Les idées chez moi c’est pas ce qui manquent. Après on ne peut tout faire. Mais tu ne peut pas vraiement proteger une idée? Ou c’est tres compliqué non?

  • alteriche said:

    Doit-on obligatoirement générer des idées? Je ne pense pas. Sans parler de LA « googly idea », l’autre catégorie de business consiste à reprendre une idée qui marche et en faire un « me-too ». Globalement élargir le spectre, soit en s’adressant à une nouvelle cible, soit en améliorant le produit/service, soit en y adjoignant une plus-value.

    Je nuancerais d’ailleurs assez largement l’item « concentrez-vous sur un domaine qui vous passionne ». Qui nous passionne, certes (il vaut mieux…), mais qu’on connaisse très bien ou même duquel nous sommes issus (de par la formation, l’expérience, l’expertise), pas forcément.
    Souvent, une invention géniale (de laquelle on dit à posteriori « c’est tellement simple et évident, comment n’y a-t-on pas penser plus tôt…!? ») se crée parce qu’on a su sortir du paradigme, du cadre de référence, pour transposer ou inventer un système sans lien avec le domaine d’origine.

  • Sophie | Esprit de Succès said:

    Par rapport à ton point 3)Dépêchez-vous, j’ai une question : Faut-il toujours être le premier à proposer quelque chose ou ne peut-on pas arriver après et améliorer l’idée initiale ?

  • admin (author) said:

    @ Fabrice, j’ai tendance à partager ton opinion sur la complexité de « protéger une idée ». Techniquement, ce n’est pas bien dur, il existe des enveloppes sous sellés puis des brevets pour cela, cependant, ça a un prix! Et tu ne peux pas protéger tout et n’importe quoi. Certains se sont fait beaucoup d’argent en protégeant une très bonne idée et en revendant les brevets. (un film hyper bien à ce sujet sur l’inventeur de l’essuie glace automatique qui s’est fait volé ses idées par des industriels malgré certaines protections.. j’essaie de retrouver le nom à l’occasion). Je te dois toujours un verre sur paris je n’oublie pas ;)

    @Alteriche. merci pour ce long commentaire! Pour ton premier paragraphe, j’ai le sentiment que d’élargir l’utilisation d’un objet à un nouveau marché, ou de l’améliorer, c’est aussi avoir généré une diéeà un moment. Peut être donne tu un sens plus restreint que moi au terme ‘idée’ ?
    Pour ton deuxième paragraphe, je suis assez d’accord, c’est d’ailleurs l’objet de la deuxieme partie de mon article : ou aller chercher les tendances qui vous permettent de sortir d’un cadre de référence pour imposer un nouveau style ou gagner des parts de marché. Il est évident que le mélange des genres apporte une vraie plus-value.
    Très sympa ton blog par ailleurs, j’aime beaucoup l’enchaînement article / contre article sur l’Ipad!

    @Sophie : Tu as complètement raison, mais il faut être le premier à offrir cette amélioration :). C’est l’éternelle guerre que se livrent les fabricants de téléphone mobile par exemple : Apple a une idée, samsung en a une pour l’améliorer, etc etc. Ne pas confondre « idée » et « produit ». Tout service ou amélioration me semble être une idée qui a autant de valeur que le produit de base. Je vais me plonger dans ton blog dont le titre m’a interpellé! A bientot!

  • Pierre said:

    On ne peut pas protéger une idée, mais seulement un procédé technique. ;)

    « Une idée et un concept ne peuvent pas être protégés en tant que tels. Seule la matérialisation de cette idée ou de ce concept peut être protégée. »

    Cf. l’INPI, pour ceux que ça intéresse : http://www.inpi.fr/fr/connaitre-la-pi/decouvrir-la-pi/comment-proteger-vos-creations-nbsp.html

  • fabrice said:

    @Julien
    tout à fait! Au fait c’était pour quoi le verre? J’ai zappé…

  • Nico said:

    Très intéressant, merci Julien pour cet article.

    Un autre point important aussi est de ne pas se disperser. Pour ma part, c’est là où je pèche le plus. Une nouvelle idée et, vite vite on fonce tête baissée pour mettre tout ça en place. Du coup, les anciennes idées sont vite oubliées délaissées et rien ne s’inscrit dans la durée.

    Un gros point noir sur lequel je suis en train de travailler sérieusement.

  • Jérôme said:

    Je suis d’accord avec Nico, étant un peu hyperactif et impatient, j’ai tendance à foncer sans prendre trop de recul, à tord… Je pense que si on a une bonne idée de business, il ne faut pas perdre de temps, car avec internet, tout va très vite, et on peut voir rapidement quelqu’un d’autre adopter le concept auquel on avait pensé. Mais de là à aller trop vite… La difficulté est donc là selon moi, agir vite mais bien, pas évident du tout.

  • MaxR de Maxadi said:

    Bon article. Mais je crois que le principal, c’est surtout de développer un esprit focalisé sur la recherche de solution.

    Pour ce qui est de la passion, je ne sais pas si c’est véritablement là une clé du succès. De très nombreuses inventions ont vu le jour alors qu’elle n’étaient en rien une passion de son créateur. Un simple exemple, GEOX. Son créateur n’était pas passionné de chaussures au départ. Mais chercher la solution à l’un de ses problèmes l’a amené à inventer sa marque de chaussures respirantes. Comme quoi … ! :-)

Donnez votre avis!

N'hésitez pas à donner votre avis ou à partager vos émotions ci-dessous. Vous pouvez aussi ajoutez un rétrolien sur votre site.