Home » Changement et accomplissement

Comment j’ai pu vaincre la procrastination

30 mai 2010 22 830 views 5 Comments

procrastination2Moi ? Je procrastine ?

Été 2003, Londres. Le premier stage professionnel de mon existence arrivait tranquillement à son terme. J’étais vendeur dans une boutique de luxe située au cœur de New Bond Street, une expérience extrêmement riche qui devait impérativement donner lieu à deux rapports démontrant mon habileté à m’ouvrir au monde et à m’intégrer dans la vie professionnelle. Je me souviens parfaitement d’un soir en particulier, au cours duquel j’ai été directement pour la première fois confronté à ce fléau qu’on appelle procrastination. J’avais alors parfaitement conscience de l’importance de mes rapports de stage, mais n’imaginais pas un instant comment m’y attaquer. Accoudé dans la cuisine de ma résidence étudiante près de Westminster, j’attendais que mon repas ultra-calorique finisse de cuire pour retourner à mon bureau et m’y mettre, quand les quelques autres étudiants français de l’auberge débarquèrent pour allumer la minuscule télévision commune. C’était le soir de la finale de la coupe des confédérations de football, qui soit-dit en passant, n’a quasiment aucun intérêt. Mon esprit mit environ 4 secondes à réfléchir pour en arriver à la conclusion que le rapport attendrait bien le lendemain. Il attendit finalement 2 mois de plus.

La procrastination est une tendance pathologique à refuser de se mettre au travail et à repousser sans cesse à plus tard. Une sorte de mise en veille prolongée du cerveau aux conséquences parfois désastreuses. Le concept est en vogue d’un point de vue marketing depuis quelques années, au point qu’une journée mondiale de la procrastination a été proposée pour le 25 mars (le jour de mon anniversaire, n’y voyez aucun lien de cause à effet). Il existe néanmoins d’un point de vue psychologique depuis plusieurs décennies et touche plusieurs domaines clés de la vie : profession, capacité à prendre des décisions ou habitudes quotidiennes.

Prenez quelques minutes pour analyser votre vie. Combien de fois avez-vous désiré agir dans une direction avant décider de reporter sans aucune raison pour finalement abandonner au bout de quelques jours ? Maintenant, imaginez ce qui aurait changé si vous aviez agit sans délai dans toutes ces situations. Vous l’aurez compris, la procrastination est une véritable invitation inconsciente à la paresse et à l’inaction. Elle résulte généralement en plusieurs centaines d’heures d’inactivité chaque année. Plusieurs centaines d’heures que vous auriez pu passer à apprendre la salsa cubaine, arrondir vos fins de mois ou à découvrir le Macchu-Picchu.

Les origines d’une épidémie de perte de temps

Avant d’identifier les moyens concrets à mettre en œuvre pour bouleverser vos habitudes et éliminer efficacement ce fléau, il est intéressant de comprendre les causes profondes auxquelles il est ancré et de démystifier les croyances qui tendraient à nous empêcher de nous débarrasser de notre habitude de tout remettre au lendemain.

  • La protection de l’estime de soi est probablement l’explication la plus logique. Elle est tout du moins la raison la plus connue. Nous vivons dans un monde ou l’échec est encore trop peu perçu comme un chemin vers la réussite. Les revers professionnels constituent des remises en question difficiles à encaisser. Il est alors souvent préférable de ne pas risquer un échec en ne faisant rien que de s’y confronter. Le refus d’action plonge le procrastinateur dans un cercle vicieux en entretenant l’idée qu’il est incapable de réussir et qu’il a bien fait de ne rien faire. Il est capital de briser ce cercle en acceptant l’idée que l’échec nourrira votre réussite future.
  • Le perfectionnisme vient souvent nourrir l’envie de reporter. N’accepter de réaliser une action que si elle conduit directement à quelque chose de parfait est un moyen détourné de se justifier du fait qu’on ne fera rien. A ce sujet, on m’a raconté récemment l’histoire vrai d’un dirigeant d’une entreprise de jeux vidéo. Surdoué et visionnaire, il espérait révolutionner son industrie en sortant le logiciel parfait. Mais comment être parfait dans un monde en constante évolution ? La technologie qu’il développait était vouée à devenir obsolète quelques années plus tard, ce qui l’obligeait à constamment reporter la sortie prévue du dit logiciel. Au bout de 10 années de développement, plus de 20 millions de dollars avaient été gaspillés. Sa recherche utopique de la perfection l’avait conduit à sa perte et à celle de son entreprise.J’insiste sur ce point déjà abordé en introduction, mais il est tellement capital que je n’insisterais jamais suffisamment. Cessez d’être perfectionniste, acceptez d’avancer en faisant des erreurs, en vous trompant. Vous ne pourrez achever ce que vous entreprenez que si vous acceptez de sacrifier l’idéal
  • L’appréhension de réaliser une tâche longue ou inintéressante ne doit pas être oubliée. Nous préférons tous nous allonger les doigts de pieds en éventail devant un bon film que de faire le ménage. Or, croyez moi, il est toujours possible de trouver une tache plus captivante que de remplir un formulaire des impôts ou de rédiger le compte-rendu d’une réunion pénible et interminable. Si vous êtes dans ce cas, c’est une lutte intense contre vos habitudes qu’il faudra mener pour retrouver une productivité digne de ce nom.

procrastinationL’art de venir à bout des choses

En 2005, tout fraichement diplômé et fermement habitué à reporter n’importe quelle tâche déplaisante pour céder aux trop nombreuses tentations que peut entrainer la présence d’une connexion à internet, je m’apprêtais à commencer une profession très exigeante. Refusant catégoriquement de renoncer à ma vie privée jusqu’à la fin de mes jours, je me décidais très rapidement à mettre en place une série de protocoles et d’habitudes me permettant de venir à bout des mes responsabilités et ne plus jamais remettre au lendemain. Après plusieurs années de tâtonnement et de recherche d’amélioration, je m’aperçois que plusieurs règles se répètent dans toutes les portions de ma vie et m’aident à éviter la procrastination. Elles n’ont pas toujours vocation à être utilisées simultanément. Selon la situation dans laquelle vous vous trouvez, deux ou trois peuvent suffire. Nous verrons par la suite une application concrète de ces principes et des exercices concrets vous permettant vous en imprégner. Nous appellerons ces règles les 6P pour faciliter leur mémorisation.

Planification

Commencer chaque jour, chaque semaine ou chaque mois en prenant quelques minutes pour lister les tâches que vous devez ou souhaitez accomplir à tout prix. Selon l’activité, la période pourra être plus ou moins longue. Pour tenir ce blog à jour, je réalise par exemple mes listes de tâches une fois par semaine, alors que je peux en faire jusqu’à deux par jour dans le cadre de mon travail.

Plus concrètement, prenez une feuille blanche, écrivez les activités impératives les unes au dessus des autres, celles que vous aimez comme celles que vous rechignez à réaliser. Dessinez ensuite des petites cases vides à coté de chaque activité. Vous les remplirez de noir lorsque vous en serez venu à bout. Une fois cette liste terminée, emmenez la partout avec vous, elle doit en permanence vous accompagner et rythmer vos journées.

L’établissement d’une liste de ce type est en soi une étape avérée de progrès. Elle agit sur votre inconscient comme un pacte irrévocable vous rappelant qu’ajourner n’est assurément pas à l’ordre du jour. Cela peut sembler ennuyeux et prendra probablement du temps pour devenir une habitude, mais ces quelques minutes chaque jour, semaine ou mois vous feront assurément gagner un temps incommensurable.

Partition

Sauteriez-vous d’un pont avec un 36 tonnes accroché à la cheville ? Probablement pas, ce qui tend à expliquer que vous refusiez de vous jeter sans réfléchir dans une activité qui paraît de prime abord complètement insurmontable. Si maintenant je vous proposais de sauter avec le rétroviseur du même 36 tonnes accroché à la cheville ? Moins effrayant n’est-ce pas. Vous devez appliquer le même principe aux tâches insurmontables : subdivisez les en sous-éléments accessibles et dont vous savez pertinemment que vous en viendrez à bout. Lorsque l’on me demande comment je trouve le temps d’écrire un livre au milieu de mes multiples activités, je réponds que je n’écris pas un livre mais simplement 1000 à 2000 mots par semaine, ce qui de prime abord paraît bien évidemment moins intimidant. Partitionnez au maximum, et tentez de ne garder sur votre liste de choses à faire que des tâches pouvant être réalisées en moins d’une heure ou deux.

Prise de décision

Il n’y a qu’un bon moment pour prendre une décision : maintenant.  Beaucoup de gens passent un temps fou à réfléchir aux conséquences de leurs actes, à peser le pour et le contre pour ne finalement jamais se décider. Trop réfléchir, c’est se rendre la tâche encore plus difficile en accumulant les raisons d’hésiter. Lorsque vous refusez une décision, vous vous trouvez une excuse toute faite pour reporter tout ce qu’elle induit à plus tard. Trois raisons peuvent expliquer cette difficulté à faire un choix :

  • Nous sommes éduqués pour nous préoccuper de ce qui est « bien » avant de penser à ce qui nous fait plaisir : Est-ce que ce moment est vraiment le bon moment pour partir ? Est-ce que passer une journée inoubliable vaut mieux que de mettre de l’argent de coté ?
  • Nous avons souvent peur des conséquences de nos décisions : Est-ce que je suis capable de partir seul ? Est-ce que je ne devrais pas attendre pour m’engager dans quelque chose, au cas où un événement inattendu change ma vie d’ici trois mois ?
  • Nous avons trop de choix face à nous et ne savons pas quoi retenir : J’aimerais aller au Mexique, mais aussi aller à Bali et en Namibie, sans compter mes amis que je pourrais rejoindre en Provence, que faire ? Dans le quartier il y a 34 restaurants, lequel choisir ?

Apprendre à prendre des décisions est probablement l’une des choses les plus complexes de la vie, mais en y allant doucement, vous y arriverez ! Faites un exercice simple qui consiste à se donner 60 secondes pour faire un choix puis à l’écrire sur un morceau de papier que vous ne retoucherez plus jamais. Commencez avec des petites choses comme le choix d’un restaurant ou d’un bar et augmentez progressivement votre zone de confort.

Pics d’énergie

Il est évidemment des moments de la journée ou notre niveau d’énergie diminue pour laisser place à une envie croissante de ne rien faire. Ainsi, comprendre ses cycles d’énergie et savoir réaliser les tâches les plus complexes aux bons moments s’avère être une recette diablement efficace. Repensez à vous journées types. Quels sont les moments durant lesquels votre énergie est à son apogée ? Si vous êtes extrêmement productif le matin, planifiez toutes les activités les plus compliquées à ce moment. Vous entrerez probablement dans un cercle vertueux au sein duquel la réussite génère une baisse conséquente de votre envie de procrastiner.

Gérer vos pics d’énergie, c’est aussi aller à l’encontre de l’excuse facile du « trop fatigué pour travailler ». Dormez suffisamment, faites du sport de manière régulière, créez des breaks aux moments ou vous en avez besoin. L’usure intellectuelle est un catalyseur puissant de la tendance à reporter au lendemain.

Prime

Sachez alterner intelligemment les moments difficiles et les moments plaisants. Chaque fois que vous venez à bout d’une tâche harassante, récompensez-vous en réalisant des actions qui vous ravissent. Réfléchissez toujours à ce que vous apportera ce que vous êtes en train de réaliser. Savoir qu’une prime nous attend au terme d’un effort intense tend à rendre cet effort plus léger.

La notion de prime a deux intérêts : elle rend vos journées plus agréables et conditionne votre cerveau. En vous habituant à alterner difficulté et plaisir, vous finirez par ne plus avoir peur d’aborder ces travaux qui vous effrayaient tant. Le processus prend du temps mais s’avère extrêmement efficace.

Comme vous pouvez vous en apercevoir, les 5P n’ont rien d’inaccessibles. Ils demandent un investissement et de la motivation, mais vous aideront à gagner un temps considérable dans vos journées. Voici par ailleurs une sélection des meilleurs oeuvres traitant du sujet que vous pouvez vous procurer d’un simple clic si vous cherchez plus de détails et d’aide (en français et en anglais).

Ju

Si cet article vous a été utile, donnez nous un coup de pouce en le partageant le avec votre entourage en utilisant les liens ci dessous

5 Commentaires »

  • yazan said:

    Je suis un procrastinateur, et un perfectionniste associé. La procrastination, c’est certes la capacité de reporter au lendemain une tâche ennuyante, mais c’est aussi la capacité de déployer des énergies considérables pour toute tâche plus plaisantes permettant d’échapper à la contrainte. La solution n’est-elle pas alors de se construire un mode de vie permettant d’associer plaisir avec ce que l’on fait? La vie est trop courte pour se tromper… Le bonheur que diable!!! La procrastination n’est que le symptôme de l’ennui et du malheur peut être? Un symptôme qui se guérit par des projets de vie, professionnels, permettant de le contrer sans contraintes…
    PS: Et j’aime aussi le net dans la capacité d’échange d’avis contraires qu’il procure ^^

  • La règle qui peut changer votre vie | WorldEmotions said:

    [...] Cet exemple est évidemment simpliste mais reflète parfaitement la philosophie à adopter avec votre vie professionnelle. Ne multipliez pas votre temps de travail par cinq pour n’améliorer que légèrement la qualité de ce que vous produisez. Mais comment passer de cette illustration enfantine à la complexité de nos journées de travail ? En utilisant l’outil le plus simpliste qui soit : la liste des activités que vous prévoyez de faire dont nous avions déjà parlé dans l’article consacré à la procrastination. [...]

  • Arrêtez de me parler de procrastination ! | WorldEmotions said:

    [...] doit souvent passer par un apport externe (coach, psychologue, etc.). Vous pouvez lire à ce sujet l’article sur la procrastination que j’avais écrit l’année [...]

  • benjamin said:

    Bonjour,

    article intéressant… mais une question demeure, ou alors c’est moi qui me fourvoie ! Où est le 6ème P ?

  • forum marocain said:

    Moi aussi je suis un grand reporteur au lendemain :) merci pour cet article.

Donnez votre avis!

N'hésitez pas à donner votre avis ou à partager vos émotions ci-dessous. Vous pouvez aussi ajoutez un rétrolien sur votre site.